Economie

Agriculture, Elevage, Pêche et autres

L’économie de la Préfecture de Télimélé repose essentiellement sur l’agriculture et l’élevage qui occupent 90% de la population active. Les spéculations agricoles sont dominées par les cultures vivrières (riz, mils, maniocs, maïs, fonios, tubercules) l’arboriculture (agrumes au Nord-Est) et la culture arachidière. Des petits exploitants font également un peu de maraîchage à l’intérieur des enclos. Les palmerais naturels situés à l’Ouest de la Préfecture, les forêts à l’Est couvre d’importante superficie, fournissant l’huile de palme, des palmistes et des bois, en plus de leur rôle de protection de l’environnement.

A caractère plutôt familial à l’Est, l’élevage joue un rôle capital dans le système de production dans la partie Ouest de la Préfecture. Il est pratiqué par un nombre important de gros propriétaires à Daramagnaki et Missira ou les bêtes effectuent une grande transhumance vers les plaines de Boffa et Boké en période sèche. Le marché de Konkouré dans la Sous-préfecture de Kollet attire non seulement les éleveurs de la Préfecture mais aussi les commerçants de Conakry, des Préfectures limitrophes et même ceux de la Sierre-Léone car c’est le plus grand marché de bétail de la région.

Le commerce des denrées alimentaires et autres produits manufacturés qui occupent un nombre de plus en plus croissant depuis l’avènement de la deuxième République se négocie essentiellement au centre ville et dans les marchés hebdomadaires.

L’artisanat est également pratiqué par les forgerons, les cordonniers, les bijoutiers et les tisserands. A ce jour 1706 artisans sont recensés au niveau de la Préfecture et sont repartis en 30 corps de métiers tous regroupés en coopératives et groupements au nombre de 22.

Les activités principales de la Préfecture étant l’agriculture et l’élevage; la défectuosité des voies de communication et la timidité de la plupart des citoyens au paiement des impôts et taxes font que les possibilités financières de la Préfecture sont très réduites. Les différents budgets de la Préfecture et des ses collectivités sont généralement exécuté  qu’à 60%.

Pour une population de 281808 habitants dont le taux d’accroissement est de 2,8, la préfecture compte une population agricole de 182704 habitants et 39833 ménages agricoles (familles) (en 1996).

Les superficies moyennes réalisées par ménage en différentes cultures vivrières sont les suivantes: Riz (0,5 hectare), Arachide (0,5 hectare), Manioc (0,5 hectare), Fonio (0,2 hectare), Maïs (0,1 hectare), Mil (0,1 hectare), Taro (0,1 hectare), Patate (0,01 hectare), Igname (0,01 hectare).

Le nombre d’arbres fruitiers par ménage: Orangers (10), Manguiers (15), Avocatiers (5), Bananier (3), Palmier à Huile (3) etc.

La Préfecture dispose d’un cheptel composé de: 168996 bovins, 38202 ovins, 50858 caprins, un nombre plus ou moins important de volailles et sous-produits.

La pêche est presque inexistante.

Les autres ressources sont constituées par: le café, le girofle, corechole, le piment, sorghos, pomme de terre, et pastèque etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *